portraits

Portraits détournés

PicsArt_05-11-11.47.36

Pour faire suite à mes articles sur le détournement d’images, ici et , voici un nouvel exercice dans la même veine.

Nous sommes partis du fameux tableau de David Teniers, intitulé « La galerie de l’archiduc Léopold Guillaume à Bruxelles » peint en 1651.

e8fbb7c209abfa231b2c74046f040fe8

Pour la petite histoire sur cette œuvre, David Teniers s’est peint lui-même en train de présenter de nouvelles acquisitions à l’archiduc, lors de la visite de celui-ci à la galerie. Les tableaux collectionnés par l’archiduc sont reproduits fidèlement, même si Teniers prend parfois quelques libertés avec les formats. On peut ainsi reconnaître chacun des tableaux. L’essentiel de ceux-ci sont des toiles de maitres italiens du XVIe siècle avec une nette prépondérance des peintres vénitiens (Tintoret, Titien, Bassano, Véronèse).

Pour travailler sur cette œuvre avec les élèves, j’ai repris le tableau et y ai inséré des vides à compléter.

La galerie de tableaux de l_archiduc Leopold Guillaume à Bruxelles retouchée

Puis avec l’application Posterazor, j’ai créé un puzzle afin d’agrandir l’image. Vous pouvez l’imprimer ici.

Les enfants ont dessiné leurs autoportraits sur du papier kraft et nous avons collé le tout dans les cases vides. Cette année, je n’avais pas beaucoup d’élèves donc chacun avait un cadre, mais on peut aussi faire dessiner les enfants en duo ou trio sur le même cadre (où chacun dessine le portrait de l’autre).

Cette activité est parfaite pour le début de l’année afin de concevoir le trombinoscope de la classe. Elle peut aussi être faite dans le cadre d’une séquence sur le portrait/autoportrait.

Publicités

Cadeaux de fin d’année

IMG_20180607_150015

La fin de l’année est là…Et j’ai pour habitude d’offrir un livre à tous mes petits CP, pour les féliciter d’avoir appris à lire et pour qu’ils gardent un souvenir de cette année riche en découvertes!

D’ailleurs je vous conseille celui que j’ai choisi cette année sur des jeux d’illusion d’optique (puisque nous avons travaillé sur l’op art à plusieurs reprises). Ce livre est vraiment très bien et à un prix défiant toutes concurrences!

Résultat de recherche d'images pour Je n’en crois pas mes yeux de Judith Pincemin, aux éditions Lire c’est Partir, 0,80€ le livre.

Pour compléter ce cadeau, les enfants ont créé un marque-page! Ils ont réinvesti leurs connaissances sur le portrait/autoportrait et sur les graphismes (répertoire Miro et répertoire de graphisme).
Première étape: le fond.

C’est tout simple, nous avons utilisé la technique du papier crépon délavé. On mouille sa feuille canson, on y pose du crépon (différentes couleurs donnent de jolies nuances) et en mouille à nouveau à l’éponge. On attend que ça sèche, on enlève le crépon et le fond est prêt!

papier crépon mouillé

empreintes du crépon sur le papier

Deuxième étape: les dessins.

Après avoir découpé les fonds en petites bandes de 18cm sur 5 cm, les enfants ont choisi un graphisme de leur choix pour faire le cadre du marque-page au stylo noir. Puis ils ont dessiné le personnage de leur choix (eux-mêmes, papa, maman, la maitresse, un ami…) au milieu au feutre noir fin. Certains élèves avaient d’abord dessiné au crayon à papier avant de repasser au noir.

Ensuite, ils ont collé leurs bandes sur du papier noir, puis j’ai tout plastifié. Un petit trou, un joli ruban et le tour est joué!!!

IMG_20180608_095657